Les démocrates forcent une guerre civile

Les démocrates forcent une guerre civile

A travers Antifa et BLM, les démocrates se préparent à la guerre. Les émeutes, les pillages, les incendies criminels et les passages à tabac publics qui ont lieu chaque jour ne sont que la pratique de la prochaine conflagration révolutionnaire. Ils jouent à la guerre pour voir comment prendre au mieux le contrôle des rues et intimider les citoyens afin qu’ils cèdent leur droit de vote pour le candidat qu’ils soutiennent.

Dès le début, ils ont forcé la police à se retirer. Le battement de tambour constant pour la suppression du financement de la police a envoyé un message aux LEO partout: “N’intervenez pas” quand l’insurrection devient chaude.

Sachant que la police peut être contrainte de permettre à l’anarchie de régner, ils se sont ensuite attaqués à la Garde nationale et à l’armée régulière, affirmant qu’il ne serait pas américain de déployer des troupes pour réprimer la violence et rétablir la loi et l’ordre contre les manifestants «pour la plupart pacifiques» exerçant leurs droits de premier amendement.

Ils semblent avoir beaucoup de succès dans le contrôle du récit, mais s’ils pensent que cette nation s’effondre sans se battre, ils ont un autre «penser» à venir.

Les Américains croient qu’on ne peut jamais être trop riche, trop maigre ou trop bien armé. Et nous sommes, en effet, bien armés, avec des citoyens qui commencent à voir le jeu qui se joue. Beaucoup estiment qu’entre 300 et 700 millions d’armes à feu sont entre les mains du public.

Si seulement 10% de ces armes sont utilisées, cela signifierait un minimum de 30 millions d’armes déployées contre Antifa et BLM. Personne ne veut voir l’effusion de sang, en particulier les propriétaires d’armes à feu, qui, pour la plupart, veulent être laissés seuls pour protéger leur famille, leur maison, leurs lieux de culte et leurs lieux de travail.

Pourtant, les gens ne vont pas rester les bras croisés et regarder l’Amérique devenir un autre «paradis socialiste». Les Américains vont riposter – cela devrait inquiéter la gauche, car chaque chasseur est en quelque sorte un tireur d’élite.

Les gauchistes font pression pour voir jusqu’où ils peuvent aller avant que les gens ne les affrontent.

La pression pour «un changement auquel ils ne peuvent croire» va contraindre ce pays à une série de batailles sanglantes que la gauche ne peut gagner.

Avant les verrouillages économiques et inutiles, et les émeutes, j’aurais dit que la guerre civile se produirait après les élections, quel que soit le vainqueur. Pourtant, ceux de gauche ne permettront pas cette grâce. Tout ce qu’ils font parle d’un mouvement politique qui se prépare à renverser une nation. Ils pensent que ce pays leur est dû et ils sont déterminés à le prendre.

Après avoir écarté ou castré la Garde nationale et la police, les faits sur le terrain aujourd’hui sont des émeutes d’Antifa et de BLM dans la plupart des cas sans opposition. Ils seront endémiques dans les jours et les semaines précédant les élections à moins que les citoyens ne leur tiennent tête. Il est tôt, mais il semble que de plus en plus de gens en aient assez de leurs tactiques terroristes.

En ce qui concerne l’élection, la police recevra probablement l’ordre de se retirer et la garde nationale, si elle est absente du tout, ne sera pas armée. Les démocrates pensent que l’intimidation des électeurs sera facile. Pourquoi ne pas utiliser les émeutes, le chaos et l’anarchie pour fermer les bureaux de vote dans les zones soupçonnées de soutenir le président? Souvenez-vous de la New Black Panther Party à Philadelphie en 2008 – quelque chose comme ça, mais plus encore.

Pourtant, les Américains ordinaires sont largement plus nombreux que les forces de gauche – ils ne peuvent terroriser la population pour la soumettre que si les gens normaux le permettent.

Une partie de leur plan consiste à utiliser les médias pour pousser le message BLM et les médias sociaux pour détruire tous ceux qui ne le font pas.

Le projet de «fausse histoire» de 1619, les allégations de racisme systémique, les dégradations de monuments nationaux, le renversement de statues sans réelle cohérence quant aux raisons pour lesquelles – sont tous faits pour réécrire l’histoire et vendre de force l’idée que tout ce qu’ils font est justifié parce que nous sommes à blâmer.

Il ne s’agit que de propagande pour convaincre les citoyens qu’ils doivent accepter la violence ou être étiquetés racistes et être annulés, leurs emplois disparus et leur vie ruinée. Les gens ne sont même pas autorisés à garder le silence parce que «le silence est violence». S’ils peuvent amener les gens à s’excuser pour leur privilège, tant mieux.

Il s’agit d’amener les gens à participer activement à leurs machinations pour installer le «roi de l’aphasie», Joe Biden, en tant que nouveau président.

Une fois que les Américains ont accepté leur culpabilité, la gauche peut commencer le processus de guérison en abrogeant la constitution sur laquelle repose notre république. La violence qu’ils utiliseront pour faire cela sera une «violence de guérison». Après tout, on ne peut pas faire une révolution omelette sans se casser la tête.

Ils pensent qu’ils peuvent convaincre les Américains de renoncer au combat et d’accepter ce qu’ils vont nous imposer. Nous ne devons pas leur permettre de réussir. Ils doivent être confrontés lorsqu’ils viennent pour notre pays. Nous devons lutter.

À ce jour, la grande majorité des Américains ne soutiennent pas la prémisse selon laquelle l’Amérique est injuste et doit être changée. En réponse, les démocrates, en collaboration avec Antifa, la branche paramilitaire du parti; BLM, le bras idéologique du parti; et les médias, son bras de propagande, planifient une rébellion pure et simple. Ce que nous voyons maintenant des démocrates, c’est l’insurrection. C’est une révolution qui se terminera par une guerre civile sanglante. La gauche n’a pas pu gagner le contrôle total de la nation aux urnes, les gauchistes ont donc l’intention de le prendre.

Ils ont mal calculé; ce que nous allons voir dans les rues de ce pays va rendre la violence et la destruction des émeutes légères en comparaison.

Mais au final, ils perdent et nous gagnons … 

Source : Article produit par William L. Gensert

Partager cette publication

Laisser un commentaire